Quelques conseils sur le rachat de crédit

Quelques conseils sur le rachat de crédit

Tout le monde peut bénéficier d’un rachat de crédit. Le rachat de crédit s’adresse à toutes les catégories sociales, aux professionnels, aux particuliers. On ne doit pas associer systématiquement le rachat de crédit à surendettement même ci celui-ci représente une solution. Beaucoup de personnes souhaitent juste alléger leur mensualités et rééquilibrer leur budget.

Avantages et inconvénients du rachat de crédit

La durée de remboursement reste l’inconvénient majeur, c’est un facteur à prendre en compte . Plus on réduira la mensualité, plus les coûts seront élevés et plus la durée de remboursement sera longue. Ne pas oublier qu’il est difficile d’obtenir un crédit pendant qu’un autre est en cours de remboursement. Plutôt que de toucher le fond, dans certaines situations, le recours à un regroupement de crédit est conseillé. Le fait que les crédits deviennent un crédit unique est plus facilement gérable pour les emprunteurs.

Le rachat de prêts en fait est bénéfique pour les foyers ayant contracté trop de crédit et qui n’arrivent plus à gérer leur budget, mais il s’avère aussi être bénéfique pour les personnes ayant contracté auparavant des crédits immobiliers à des taux élevés, cela leur permet de renégocier un crédit à un taux plus avantageux.

Les mensualités ainsi réduites libèrent un peu le budget, mais il faut toujours garder à l’esprit la durée de remboursement. Il ne faut pas hésiter à comparer les différentes offres de plusieurs organismes de rachat de crédit et trouver des conseils sur le rachat de créditsygma.

Quelles sont les raisons du refus d’un dossier?

Chaque organisme possède ses propres critères d’acceptation ou de refus. Le rachat de crédit engage l’emprunteur sur de longues durées et souvent les sommes empruntées sont importantes, par conséquent il existe un réel risque financier. Il est donc fréquent que des dossiers soient refusés.

  • Le motif souvent invoqué est un endettement trop important. Si après étude du dossier, le financement à la charge de l’emprunteur est trop lourd, l’organisme peut refuser le rachat de crédit. Il faut savoir que l’organisme de rachat tient compte aussi du taux d’endettement, il ne faut pas qu’il dépasse les 33% même si des exceptions existent.
  • Autre motif de refus, l’inscription du demandeur au Fichier central des chèques (FCC) ou au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP).
  • Les emprunteurs propriétaires qui mettent leurs bien en garantie hypothécaires ont plus de facilité pour que leur dossier soit accepté, mais il arrive que la valeur du bien soit insuffisante ou presque égale au montant désiré, et là aussi il y a refus.
  • L’instabilité professionnelle est une cause de refus du dossier. Les demandeurs travaillant en CDI sous conditions qu’ils répondent aux critères se verront accepter leur dossier plus facilement. Les personnes en CDD, les intérimaires, les chômeurs auront beaucoup plus de difficultés à obtenir un rachat de crédit.

Prêt immobilier pour jeune actif

Prêt immobilier pour jeune actif

La cryptomonnaie et le Bitcoin sont des termes apparus depuis quelque peu seulement. Jusque-là, tout ce que nous savons sur le Bitcoin c’est que le procédé d’achat pour revente du Bitcoin est un procédé souvent utilisé pour gagner de l’argent. Dans les quelques lignes suivantes, nous allons vous expliquer davantage ce qu’il en est, et notamment le fonctionnement de la cryptomonnaie.

Le Bitcoin en quelques mots

Étymologiquement parlant, le terme Bitcoin est issu de deux termes anglais, bit qui signifie unité de données binaires et coin qui désigne la monnaie. Il s’agit d’une cryptomonnaie virtuelle, qui n’est encadrée expressément par aucune institution financière ou une quelle conque autorité centrale. Élaborée pour la première fois en 2008 par Satoshi Nakamoto, cette absence de régulation centrale est justement le but visé par la cryptomonnaie virtuelle qu’est le Bitcoin. Cette monnaie entièrement indépendante ne saurait ainsi faire l’objet d’une dévaluation.
Néanmoins, certaines règles vont rester applicables au Bitcoin. A défaut d’une instance de régulation par exemple, la loi de l’offre et de la demande va déterminer la valeur de cette cryptomonnaie. Son cours est très évolutif à cet effet, raison pour laquelle les personnes maniant le Bitcoin sont en mesure de gagner beaucoup d’argents en l’espace de quelques heures seulement.

Les modalités de création du Bitcoin

C’est à travers le processus que l’on appelle le minage que fut créé le Bitcoin. Le minage consiste en un ensemble de calculs informatiques opérés pour permettre le cryptage des transactions. Ainsi, cryptés à travers le minage, les transactions seront entièrement sécurisées.
Le minage nécessite un investissement conséquent, puisque non seulement l’acquisition des outils informatiques indispensables sera très coûteuse, mais encore, il faudra assurer le coût énergétique du procédé qui reste également très élevé.
Par ailleurs, il est à noter qu’à l’image de toutes les monnaies d’échange, le minage du Bitcoin sera limité en termes de quantités. Cette limite a été déterminée à 21 millions d’unités de Bitcoin, au-delà de cette somme, les codes informatiques n’autoriseront pas le minage. Pour information, jusqu’à aujourd’hui, on estime que l’on n’atteindra pas cette limite avant 2140.

L’achat du Bitcoin

Il est assez simple d’acheter du Bitcoin ou tout simplement une fraction de Bitcoin. Pour ce faire, il suffit de se connecter sur une plateforme d’échange en ligne, qui en principe vous sera accessible via des applications pour Smartphone ou I phone. Une fois arrivée sur la plateforme, en seulement quelques clics, vous pourrez échanger vos Bitcoins en euros, en Litecoin ou en Bitcoin cash, en fonction de la plateforme.
Pour les débutants, il est préconisé de s’adresser à Coinbase, qui est la plateforme la plus simple d’utilisation et la plus accessible dans le domaine de la cryptomonnaie.

Investir et gagner de l’argent avec Bitcoin

Pour multiplier les Bitcoins que vous avez achetés, vous aurez plusieurs possibilités. En fonction de la mise de départ, de l’appât du gain et des objectifs poursuivis, nombreuses sont les techniques d’investissement au choix. Vous pourrez également choisir d’investir et de miser sur le long terme comme vous pouvez avoir envie de miser sur le court terme. Dans tous les cas, il faut garder à l’esprit que tout investissement est assorti d’un risque.
Pour ceux qui préfèrent l’investissement à long terme, il leur est préconisé de miser sur la méthode du Hold. Le principe est tout simple, il faudra déposer une certaine somme et la laisser fructifier durant plusieurs années. Dans cette méthode, il n’est jamais question de revendre le Bitcoin.
Sinon, si vous préférez l’investissement à court terme, la méthode classique du trader vous sera préconisée. Il s’agit d’acheter et de vendre en l’espace de quelque temps seulement.

Le système de contrôle du Blockchain

Si la monnaie n’est pas encadrée à un niveau central, cela n’empêche que les transactions restent contrôlées. C’est alors qu’est établie la technologie du Blockchain, qui est au cœur du fonctionnement du processus d’investissement et de transaction avec du Bitcoin.
Chaîne de blocs en français, le Blockchain est un système de stockage et de transmission des informations dans le cadre des transactions avec du Bitcoin, afin d’en garantir la transparence et de sécuriser les opérations. Toutes les transactions utilisées par les investisseurs seront recueillies à travers les bases de données de la Blockchain.

Demande de crédit FICP

Demande de crédit FICP

Obtenir un crédit via le circuit bancaire habituel est pratiquement impossible quand on est inscrit au fichier des incidents de remboursements des crédits aux particuliers ou FICP. En effet, ce fichage signifie que l’on présente un profil à risque.

Et aucune banque ne peut consentir à prêter de l’argent à une personne qui est dans l’incapacité de rembourser. Certains sites peuvent avancer des offres de prêt FICP, mais ces propositions relèvent généralement de l’utopie. Quelques alternatives permettent toutefois aux personnes en interdit bancaire de contracter un prêt.

Faire un rachat de crédit ou un prêt hypothécaire

Le rachat de crédit consiste à réunir plusieurs prêts en cours en un seul bloc, ce qui implique le paiement d’une mensualité unique. Il est souvent avancé comme une solution au surendettement. En effet, cette opération financière apparaît comme un moyen pratique pour l’emprunteur de donner un nouveau souffle à sa situation financière, et de se soustraire au FICP.
On compte aussi le prêt hypothécaire qui se présente comme un crédit FICP dans la mesure où il peut servir à rembourser des crédits en cours. Ce prêt est conditionné par la mise en hypothèque d’un bien immobilier appartenant à l’emprunteur. Le bien hypothéqué représente une garantie solide pour le prêteur, car il peut être saisi et mis en vente en cas de non-remboursement du crédit.

Effectuer un crédit à l’étranger

Il est possible de se tourner vers un pays étranger pour contracter un crédit quand on est fiché FICP. Cela s’explique par le fait que les fichiers de différents pays ne sont pas croisés. D’ailleurs, de nombreuses personnes fichées à la FICP qui ont choisi cette alternative, ont vu leurs demandes de crédit accepter. Il importe toutefois de noter que l’organisme financier étranger impose certaines conditions à l’octroi du prêt.
L’emprunteur est notamment tenu de prouver sa solvabilité. Mais cela n’est pas difficile s’il présente des revenus stables et réguliers. Le crédit obtenu dans l’autre pays servira notamment à rembourser les prêts de l’emprunteur, ce qui permettra à ce dernier d’être retiré du FICP. Cette option est d’autant plus profitable si les taux d’intérêt du pays étranger sont relativement bas.

Demander un microcrédit pour FICP

Le microcrédit pour FICP est proposé par certaines associations dans le but de lutter contre l’exclusion sociale. Cet emprunt d’un montant assez modeste est destiné à pallier les besoins d’argent de personnes en interdit bancaire. Il peut par exemple servir à payer l’achat d’un équipement ou les frais de réparation d’une voiture tombée en panne. A noter que le microcrédit n’est pas un don, il doit être remboursé.
Seulement son taux prend en compte la situation financière difficile de l’emprunteur. Pour bénéficier d’un microcrédit, l’emprunteur FICP doit prouver que celui-ci lui est indispensable dans sa vie quotidienne ou pour garder son emploi actuel. Parmi les structures qui distribuent ce type d’emprunt, on compte les caisses d’allocations familiales CAF et l’association pour le droit à l’initiative économique ADIE.

Autres alternatives

Le prêt à gage est une autre solution pour obtenir de l’argent quand on est fiché au FICP. Il consiste à donner un objet de valeur en guise de garantie au prêteur en échange d’une somme d’argent. L’emprunteur reprend son objet une fois que le prêt a été remboursé. Le cas échéant, le prêteur gardera l’objet dont la valeur est supérieure au montant du crédit. Il convient donc de s’assurer de sa capacité d’emprunt avant de recourir à cette option.
La vente à réméré est un moyen similaire au prêt à gage. Elle revient à vendre sa maison tout en restant locataire. L’argent obtenu à l’issue de la vente va servir à rembourser les dettes. Et l’emprunteur pourra racheter son logement plus tard si sa situation financière s’améliore.