Comment apprendre à investir en bourse?

Comment apprendre à investir en bourse?

Investir en bourse peut faire gagner ou perdre de l’argent. Au moment de se lancer, on a le choix entre gestion libre ou pilotée, investir en titres vifs ou fonds d’investissement, assurance-vie/PEA/compte-titres ordinaire. Pour démarrer votre placement boursier, voici ce que vous devez prendre en compte.

Réussir ses débuts dans l’investissement en bourse

Pour bien investir, vous devez disposer des atouts suivants :

  • la meilleure enveloppe (assurance-vie, PEA et compte-titres ordinaire)
  • le bon produit d’investissement (fonds actifs, titres vifs ou fonds passifs)
  • une stratégie de placement efficace

Investir à long terme

L’investissement en bourse est une opération qui présente un excellent rapport rendement-risque à condition d’investir sur le long terme en supportant les aléas du marché. Par exemple, le CAC 40 offre un rendement annuel d’environ 8,5 %. Il s’agit de l’indice des 40 plus grandes entreprises de France. L’investissement à long terme est fiable pour rapporter gros.

Investir en actions

Un trader peut choisir entre : assurance-vie, CTO et PEA pour investir en bourse, ou les associer. L’investissement en bourse pour les débutants le plus conseillé est l’assurance-vie en gestion pilotée. Ainsi, l’opération est entre les mains du gérant qui effectue des placements en fonction de votre profil de trader. Pour les investisseurs de niveau intermédiaire, vous pouvez investir via le PEA ou via l’assurance-vie en gestion libre. Et pour les niveaux supérieurs, il est courant d’opter pour le PEA et le compte-titres ordinaires ou CTO. Ainsi, aucun placement via des fonds ni des trackers n’est à faire. Vous achetez directement des actions. Mais cette technique, appelée le « stock-picking », est la moins payante. En effet, cette astuce permet difficilement de diversifier son portefeuille. En outre, l’évolution du cours ne repose pas uniquement sur la réussite de l’entreprise mais principalement sur d’autres variables tels :

  • la conjoncture économique et géopolitique
  • le secteur
  • la banque centrale
  • etc.

Investir au meilleur prix

Le coût de votre investissement variera selon que vous passiez par une banque traditionnelle, par une e-banque ou par un courtier.

Banque traditionnelle

Il faudra verser des droits de garde annuels et des frais de transaction onéreux. En plus, il existe des frais sur paiement en assurance-vie qui vous seront facturés.

Banque en ligne

Avec les organismes financiers numériques,  seuls des frais de transaction sont à prévoir. En outre, aucun frais ne sera exigible si aucun ordre n’est passé. Ce qui s’avère très intéressant pour un trader long terme. 

Courtier

Les courtiers proposent les prix les plus profitables pour les investisseurs en bourse. Idem pour les courtiers en assurance-vie (0 frais sur les versements effectués).

Respecter les principes du placement en bourse

Il existe 4 règles fondamentales pour réussir son investissement en bourse selon actu-bourse.fr .

Déterminer le coût de son placement et s’y tenir

Le budget d’investissement doit être adapté à votre capacité à supporter les risques. Vous devez garder en tête la possibilité de perdre votre mise de départ. La somme investie ne doit pas vous mettre dans une situation financière précaire si le placement est un échec.

Diversifier son portefeuille

La diversification constitue votre meilleure alliée. Au lieu de placer tous vos espoirs et vos chances de gain sur une seule société, il est préférable de multiplier les investissements. Cela limitera les risques. 

Utiliser la méthode de l’investissement progressif et programmé

Le marché est imprévisible. Ainsi, ses fluctuations sont imprédictibles à l’avance. Donc, pour compenser cette incertitude, appliquez la méthode du Dollar Cost Averaging ou DCA.

Investir de manière réfléchie et posée

Le marché peut baisser comme il peut progresser. Par conséquent, évitez de prendre des décisions hâtives ! Il est plutôt recommandé d’investir en cas de récession et de vendre partiellement ses actions en cas de hausse.

Mobilité bancaire : Que dois-je faire pour migrer vers une néobanque ?

Mobilité bancaire : Que dois-je faire pour migrer vers une néobanque ?

En 2018, les frais bancaires en France ont augmenté en moyenne de 3,3 %. Cette hausse des coûts ainsi que l’inflexibilité des banques nous poussent à trouver de meilleures solutions de gestion d’argent. C’est ainsi que sont apparues les néobanques, révolutionnant le secteur. Découvrez ci-après tout ce que vous devez savoir sur les néobanques et comment y migrer.

Qu’est-ce qu’une néobanque et quelles sont ses avantages ?

Avant d’opter pour une néobanque, vous devez déterminer si cette dernière est faite pour vous et si les avantages proposés ainsi que les inconvénients vous conviennent.

Néobanque : définition

Il s’agit d’un établissement de paiement. Assimilée à une banque mobile, la néobanque vous permet d’effectuer des opérations bancaires, grâce à un accès uniquement via une application.

Les banques en ligne sont accessibles via un ordinateur et celles qui sont traditionnelles demandent à ce qu’on se déplace physiquement. Les néobanques quant à elles vous permettent de faire des opérations à distance, sans déplacement, où que vous soyez dans le monde, via un simple smartphone.

Les avantages d’une néobanque

Avec une néobanque, vous avez accès en permanence à vos comptes, 7 j/7 et 24 h/24, peu importe où vous êtes dans le monde. Elle s’adapte ainsi aux profils voyageurs et mobiles.

Par ailleurs, l’ouverture d’un compte se fait très rapidement et demande très peu de paperasse.

De plus, les frais restent abordables contrairement aux banques traditionnelles et beaucoup de services sont gratuits. On ne vous demande pas non plus des conditions de revenus ni de dépôt minimum à l’ouverture d’un compte.

Enfin, les opérations sont instantanées et vous n’avez pas besoin d’attendre quelques jours de délai.

Par contre, les néobanques ont leurs limites. En effet, vous n’avez pas droit au découvert, à l’épargne, ni au crédit, et vous ne possédez pas de chéquier.

Que faire pour migrer vers une néobanque ?

Avant de migrer vers une néobanque, vous devez faire un comparatif de ce que chacune d’elles proposent afin d’opter pour celle qui convient à vos besoins.

Choisir sa néobanque

Pour faire le choix de votre néobanque, vous devez comparer les offres. Vous pouvez choisir celui qui a le plus d’abonnées ou qui a le plus d’ancienneté ou opter pour la banque qui propose des coûts les plus avantageux. Vous pouvez également faire votre choix en fonction de la nationalité de la néobanque : N26 pour une banque allemande, Revolut qui est britannique ou encore Orange Bank qui est français. Notez toutefois que toutes ces banques, indépendamment de leur siège, sont disponibles en France et accessibles partout dans le monde.

S’inscrire à une néobanque

Pour accéder aux néobanques, vous devez être majeur et résider dans un des pays où la banque est présente. Cela ne vous empêche pas d’y avoir accès si vous voyagez hors de votre pays de résidence. Aussi, il est nécessaire de posséder un smartphone sur lequel installer l’application qui vous permettra d’accéder à votre compte.

Pour la souscription, il vous suffit d’accéder au site de la banque en question et de compléter les champs requis. Pour N26, vous devez commencer par remplir un formulaire, ensuite envoyer votre passeport et enfin vérifier votre identité grâce à un appel vidéo. À la suite de cela, vous pouvez commencer à utiliser l’application et attendre l’arrivée de votre carte bancaire. Le processus est similaire pour la majorité des autres néobanques.

Comment et pourquoi ouvrir un PEL ?

Comment et pourquoi ouvrir un PEL ?

Après des années de location, j’ai envie de devenir propriétaire ? Et en évitant si possible de me retrouver avec un emprunt trop lourd sur le dos auprès de ma banque ! Pour mêler l’utile, un crédit immobilier, à l’agréable, avoir son propre logement, je choisis d’ouvrir un Plan Epargne Logement. Nous vous le décrivons dans cet article, voilà comment.

Le PEL pour tous, c’est maintenant !

Simple comme une signature. Ouvert à tous. Et que je sois majeur ou mineur, pas de problème pour demander d’ouvrir un Plan Epargne Logement (PEL) à mon banquier. Et si je veux en faire profiter toute ma famille, c’est même le produit idéal : un PEL par personne, enfants compris ! De quoi faire une belle somme pour acheter ou faire construire la maison de mes rêves !

Pour ouvrir mon PEL, je dois assurer un premier versement de 225 euros minimum. Ensuite, c’est à la carte : je peux transférer des fonds tous les mois, une fois par trimestre, tous les semestres. Peu importe ! L’essentiel est de déposer de l’argent, 540 euros au minimum par an.

Le PEL donne accès, après 4 ans (si je n’ai pas fermé ce plan épargne), au prêt PEL, un crédit immobilier à taux d’intérêt avantageux (plus de détails sur FGME).

Ouvrir un PEL… et s’engager à ne plus y toucher !

Mieux que le livret A ! Mieux que le Livret de Développement Durable (LDD) ! Le Plan Epargne Logement (PEL) offre un taux d’intérêt de 2,5%… du moins si j’en ouvre un avant le 1er février 2015. En effet, le ministère de l’Economie et des Finances a décidé d’abaisser à 2% le taux de rendement du PEL, à partir de cette date.

Ce taux est déterminé au moment de la souscription au plan épargne : si j’ouvre un PEL avant le 1er février, je bénéficierai bien du taux à 2,5%. Mais dans ce cas, je ne profiterai pas par la suite du nouveau taux d’intérêt du prêt PEL : 3,20% (contre 4,20%, pour les PEL ouverts avant le 1er février 2015).

Seule contrainte lorsque j’ouvre un PEL : laisser mon argent tranquille pendant au moins quatre ans. Je peux fermer mon PEL avant ce délai, mais je peux perdre certains droits comme des taux d’intérêts plus bas ou la prime d’Etat.

Mais attention, un Plan Epargne Logement n’est pas non plus éternel. Au bout de 10 ans, il faudra songer à concrétiser mon projet immobilier. Je continuerai à toucher les intérêts pendant cinq ans, mais je ne pourrai plus verser d’argent frais.

Mais au fait, pourquoi ouvrir un PEL ?

Nous avons tous connu ce moment fatidique. Cet instant où nous allons demander un prêt immobilier à notre banquier. Et où l’on se demande ce que l’on pourrait bien donner comme apport pour l’obtenir. Heureusement, le Plan Epargne Logement a continué à travailler pendant ce temps. Plus il y a d’intérêts, plus le taux du crédit sera intéressant. En plus, les intérêts s’ajoutent et font augmenter le capital. Le cercle vertueux est lancé ! Le taux de 2,5% (ou 2%, si j’ouvre mon PEL après le 1er février 2015) appliqué chaque année au nouveau capital fera monter les intérêts. Et ainsi de suite !

Simulation crédit et prêt auto

Simulation crédit et prêt auto

De même qu’une simulation de crédit ordinaire, affectée ou non, la simulation crédit voiture répond à un certain nombre de critères définis.Calculez au préalable votre prêt auto vous permet de trouver l’offre qui vous convient le mieux avant même de vous engager. Informez-vous donc sur les nombreuses offres de prêt auto qui existent sur le marché. Allez faire un petit tour sur internet.Vous devez être capable de répondre aux quelques questions de base suivantes avant de procéder au calcul du prêt auto qui vous conviendra le mieux :

Quel est votre type de prêt auto?

Un prêt auto ne veut pas tout simplement dire : voiture. En fait le prêt auto peut également inclure les caravanes, les motos, les camping car et même les bateaux.

Achat d’une voiture/moto neuve ou d’occasion ?

Déterminez également si vous désirez une voiture neuve ou d’occasion. Si vous choisissez d’occasion, est-ce que la voiture a moins de deux ans ?

Quel est le montant du prêt auto en euro ?

Pensez aussi à la mise de fond que vous pourriez appliquer sur le montant du véhicule.Si le montant est supérieur à 21 500 euros, vous n’êtes pas éligible à la clause de rétraction de 7 jours.

Et enfin, quelle est la durée souhaitée de votre emprunt ?

Généralement les prêts se font sur 24 à 60 mois. Vous pouvez, à certains endroits, payer en 72 mois mais cela est à déconseiller.Par exemple, si vous souhaitez procéder à l’achat d’une voiture neuve, que vous souhaitez emprunter 15000 euros sur 60 mois, alors le site de crédit mutuel calcule une mensualité de 294.55 euros, hors assurance facultative.

Le cout total du prêt auto s’élève alors à 2762,86 euros dont 90 euros de frais de dossier. Enfin, le TEG (Taux Effectif Global) fixe annuel est de 7.125%, hors assurance facultative, toujours selon la simulation du crédit mutuel.

Un autre exemple est de choisir la mensualité que vous souhaitez payer au lieu du montant total du prêt. Si vous souhaitez payer une mensualité de 200 euros sur une période de 72 mois, le montant de votre prêt sera alors de 11747,43 euros.

Une fois vos multiples simulations prêt voiture terminées, il est sage de comparer les offres des différents organismes crédits et de choisir celle qui vous le convient le mieux. Le site creditvehicule.fr vous facilite la tâche et vous donne la possibilité de faire une simulation de votre prêt. Une recherche assidue vous permettra souvent d’éviter de nombreux frais inutiles. Vous pouvez alors soumettre votre demande de prêt auto formelle à l’organisme que vous aurez choisis et attendre leur accord définitif.

Si vous recevez un avis de refus pour votre demande de prêt auto, ne vous laissez pas abattre et posez-vous des questions sur les raisons de ce refus. Quelques fois, le fait de déposer une mise de fond, rallonger la durée de crédit d’un an ou même, si possible, effacer rapidement une dette qui traine depuis longtemps (carte de crédit) peut vous qualifiez si vous faites une nouvelle demande. Tout le monde mérite une seconde chance, ne la laissez pas passer.

Quelques conseils sur le rachat de crédit

Quelques conseils sur le rachat de crédit

Tout le monde peut bénéficier d’un rachat de crédit. Le rachat de crédit s’adresse à toutes les catégories sociales, aux professionnels, aux particuliers. On ne doit pas associer systématiquement le rachat de crédit à surendettement même ci celui-ci représente une solution. Beaucoup de personnes souhaitent juste alléger leur mensualités et rééquilibrer leur budget.

Avantages et inconvénients du rachat de crédit

La durée de remboursement reste l’inconvénient majeur, c’est un facteur à prendre en compte . Plus on réduira la mensualité, plus les coûts seront élevés et plus la durée de remboursement sera longue. Ne pas oublier qu’il est difficile d’obtenir un crédit pendant qu’un autre est en cours de remboursement. Plutôt que de toucher le fond, dans certaines situations, le recours à un regroupement de crédit est conseillé. Le fait que les crédits deviennent un crédit unique est plus facilement gérable pour les emprunteurs.

Le rachat de prêts en fait est bénéfique pour les foyers ayant contracté trop de crédit et qui n’arrivent plus à gérer leur budget, mais il s’avère aussi être bénéfique pour les personnes ayant contracté auparavant des crédits immobiliers à des taux élevés, cela leur permet de renégocier un crédit à un taux plus avantageux.

Les mensualités ainsi réduites libèrent un peu le budget, mais il faut toujours garder à l’esprit la durée de remboursement. Il ne faut pas hésiter à comparer les différentes offres de plusieurs organismes de rachat de crédit par un comparateur de rachats de crédits et trouver des conseils sur le rachat de créditsygma.

Quelles sont les raisons du refus d’un dossier?

Chaque organisme possède ses propres critères d’acceptation ou de refus. Le rachat de crédit engage l’emprunteur sur de longues durées et souvent les sommes empruntées sont importantes, par conséquent il existe un réel risque financier. Il est donc fréquent que des dossiers soient refusés.

  • Le motif souvent invoqué est un endettement trop important. Si après étude du dossier, le financement à la charge de l’emprunteur est trop lourd, l’organisme peut refuser le rachat de crédit. Il faut savoir que l’organisme de rachat tient compte aussi du taux d’endettement, il ne faut pas qu’il dépasse les 33% même si des exceptions existent.
  • Autre motif de refus, l’inscription du demandeur au Fichier central des chèques (FCC) ou au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP).
  • Les emprunteurs propriétaires qui mettent leurs bien en garantie hypothécaires ont plus de facilité pour que leur dossier soit accepté, mais il arrive que la valeur du bien soit insuffisante ou presque égale au montant désiré, et là aussi il y a refus.
  • L’instabilité professionnelle est une cause de refus du dossier. Les demandeurs travaillant en CDI sous conditions qu’ils répondent aux critères se verront accepter leur dossier plus facilement. Les personnes en CDD, les intérimaires, les chômeurs auront beaucoup plus de difficultés à obtenir un rachat de crédit.