Demande de crédit FICP

Obtenir un crédit via le circuit bancaire habituel est pratiquement impossible quand on est inscrit au fichier des incidents de remboursements des crédits aux particuliers ou FICP. En effet, ce fichage signifie que l’on présente un profil à risque.

Et aucune banque ne peut consentir à prêter de l’argent à une personne qui est dans l’incapacité de rembourser. Certains sites peuvent avancer des offres de prêt FICP, mais ces propositions relèvent généralement de l’utopie. Quelques alternatives permettent toutefois aux personnes en interdit bancaire de contracter un prêt.

Faire un rachat de crédit ou un prêt hypothécaire

Le rachat de crédit consiste à réunir plusieurs prêts en cours en un seul bloc, ce qui implique le paiement d’une mensualité unique. Il est souvent avancé comme une solution au surendettement. En effet, cette opération financière apparaît comme un moyen pratique pour l’emprunteur de donner un nouveau souffle à sa situation financière, et de se soustraire au FICP.
On compte aussi le prêt hypothécaire qui se présente comme un crédit FICP dans la mesure où il peut servir à rembourser des crédits en cours. Ce prêt est conditionné par la mise en hypothèque d’un bien immobilier appartenant à l’emprunteur. Le bien hypothéqué représente une garantie solide pour le prêteur, car il peut être saisi et mis en vente en cas de non-remboursement du crédit.

Effectuer un crédit à l’étranger

Il est possible de se tourner vers un pays étranger pour contracter un crédit quand on est fiché FICP. Cela s’explique par le fait que les fichiers de différents pays ne sont pas croisés. D’ailleurs, de nombreuses personnes fichées à la FICP qui ont choisi cette alternative, ont vu leurs demandes de crédit accepter. Il importe toutefois de noter que l’organisme financier étranger impose certaines conditions à l’octroi du prêt.
L’emprunteur est notamment tenu de prouver sa solvabilité. Mais cela n’est pas difficile s’il présente des revenus stables et réguliers. Le crédit obtenu dans l’autre pays servira notamment à rembourser les prêts de l’emprunteur, ce qui permettra à ce dernier d’être retiré du FICP. Cette option est d’autant plus profitable si les taux d’intérêt du pays étranger sont relativement bas.

Demander un microcrédit pour FICP

Le microcrédit pour FICP est proposé par certaines associations dans le but de lutter contre l’exclusion sociale. Cet emprunt d’un montant assez modeste est destiné à pallier les besoins d’argent de personnes en interdit bancaire. Il peut par exemple servir à payer l’achat d’un équipement ou les frais de réparation d’une voiture tombée en panne. A noter que le microcrédit n’est pas un don, il doit être remboursé.
Seulement son taux prend en compte la situation financière difficile de l’emprunteur. Pour bénéficier d’un microcrédit, l’emprunteur FICP doit prouver que celui-ci lui est indispensable dans sa vie quotidienne ou pour garder son emploi actuel. Parmi les structures qui distribuent ce type d’emprunt, on compte les caisses d’allocations familiales CAF et l’association pour le droit à l’initiative économique ADIE.

Autres alternatives

Le prêt à gage est une autre solution pour obtenir de l’argent quand on est fiché au FICP. Il consiste à donner un objet de valeur en guise de garantie au prêteur en échange d’une somme d’argent. L’emprunteur reprend son objet une fois que le prêt a été remboursé. Le cas échéant, le prêteur gardera l’objet dont la valeur est supérieure au montant du crédit. Il convient donc de s’assurer de sa capacité d’emprunt avant de recourir à cette option.
La vente à réméré est un moyen similaire au prêt à gage. Elle revient à vendre sa maison tout en restant locataire. L’argent obtenu à l’issue de la vente va servir à rembourser les dettes. Et l’emprunteur pourra racheter son logement plus tard si sa situation financière s’améliore.